Educalire: exercices, documents de français, lecture, maths, histoire pour s'entraîner, pour apprendre

    Accueil

 

 Une classe - 2 profs !

Cliquer sur les ¥   pour télécharger les fichiers

 

 Le contexte             La genèse            Les deux font la paire            Le fonctionnement général

Règles               Les avantages - les inconvénients                  Efficacité ?                        Rechercher sur ce site

Rechercher sur ce site

Nouveautés

 

Lecture et vieux débutants

Français

Maths

Histoire

Géographie

Quiz...

Musique

Ressources d'autres collègues

Evaluation

Books, textes, toiles

Liens

Une classe - 2 profs !

 

Forum

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

 

 

Vous trouverez ci-dessous une petite description de l'expérience de co-enseignement

que je vis depuis plus de 5 ans dans la banlieue lausannoise.

 

Cette expérience est unique et ne peut pas être transposée telle quelle. Je n'en fais donc pas l'apologie, mais, selon un principe partagé par d'autres ("la connaissance s'accroît quand on la partage"), j'en fait profiter un plus grand nombre espérant peut-être donner des idées, créer des envies, re-motiver des déçus ou, plus simplement, échanger des points de vue, des divergences, essuyer des critiques, rencontrer des intérêts...

Le contexte :

Un bassin de population d'un peu moins de 20'000 habitants répartis sur 7 localités (de 300 à 10'000 habitants) dans la banlieue de Lausanne.

L'établissement scolaire regroupe environ 900 élèves et des classes allant du 5e au 9e degré. Deux bâtiments principaux accueillent ces 45 classes et une centaine de maîtres.

Une classe ressource est dédiée aux élèves du cycle de transition (5e-6e). Une ou deux classes "d'accueil" regroupent les élèves non francophones fraîchement arrivés.

Notre tandem s'occupe, pour sa part, des deux classes à effectif réduit accueillant des élèves des 3 derniers degrés de la scolarité obligatoire (7-8-9). Si ces deux classes existent, administrativement parlant, dans les faits, elles sont intimement réunies (effectif variant entre 16 et 25 élèves).

Notre établissement ne dispose pas de classes relevant de l'enseignement spécialisé, ce qui signifie que, à l'exception de cas très lourds (IMC, autistes, QI très faibles, comportements très très asociaux...), notre classe accueille des élèves dont les problèmes sont très variés : la plupart ont des difficultés d'ordre scolaire, de gros retards (parfois plus de 2 ans); quelques-uns ont des difficultés liées au comportement (organisation, agressivité, relations sociales, ...) ou à la maîtrise de la langue véhiculaire; d'autres encore, pour des raisons particulières, ne peuvent suivre dans une classe à effectif normal.. 

Haut de la page

 

La genèse

C'est marrant de penser que cette (bonne :-)) idée nous est venue à cause de problèmes purement "techniques" liés essentiellement à des effectifs de classe et des problèmes de locaux. Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ? La routine, les parcours figés des carrières des enseignants, la recherche d'une "stabilité", forcément illusoire dans ce métier (mais ce n'est pas parce qu'on n'a pas trouvé quelque chose qu'on s'arrête de chercher :-)).... je ne sais pas.

Mis devant une impasse quant à la répartition des élèves dans 2 classes, et suite à la défection de la collègue qui s'occupait des "petits", j'ai proposé à un collègue de tenter cette aventure.

A l'arrivée : une classe de 20 élèves environ (au lieu de 2 x 10) répartis sur 3 degrés scolaires (surtout par rapport à leurs âges), 2 maîtres à plein temps ou presque dans la classe, une intégration des élèves, selon leur degré et dans certaines disciplines avec les élèves des classes régulières, un suivi "au quart de poil" dans les disciplines de base et/ou dans leurs comportements.

Les programmes des trois volées seront respectés comme dans une classe traditionnelle; les tests seront identiques, les exigences aussi. Ce qui change, c'est le temps, les appuis et les aides dont peuvent bénéficier les élèves.

Haut de la page

 

Les deux font la paire

Nous nous connaissions depuis plus de 20 ans, mais n'avions travaillé en réelle collaboration qu'à une occasion.

Intéressant de voir 2 personnes assez différentes former un couple (au travail seulement :-). Les profils sont révélateurs :

 

    Points communs:

    Un parcours de formation quasiment identique, une conscience professionnelle sans faille, un "acharnement" total face aux difficultés des élèves, une très bonne capacité de travail, la volonté de mettre tout le temps nécessaire au bénéfice des élèves, un humour constant, un amour du métier, de la bonne bouffe...

 

    Points divergents:

    L'un est méthodique, organisé, rigoureux, l'autre plutôt créatif, parfois "bordélique" ;  l'un est en perpétuel mouvement pédagogique, l'autre recherche plutôt la stabilité ; l'un écoute plutôt du rock et du metal, l'autre plutôt de la chanson française ; l'un fait du VTT et du ski, l'autre de la course à pied et du basket ; l'un crie fort, l'autre pas ; l'un pèse plus de 80 kg, l'autre largement moins :-)

 

Ce qui a été essentiel dans notre projet, c'est le profond respect de l'autre, de ses compétences, de ses manies, tics, envies ou rejets. Chacun a pu les exprimer tant lors des concertations quotidiennes que face aux élèves; nous ne voulions pas faire UN, mais justement, rester DEUX ; le bénéfice est indéniable pour les élèves qui n'ont pas devant eux un prof et son clone, mais bel et bien 2 individus, certes très différents, mais capables chacun à sa manière, d'apporter quelque chose.

Le seul élément que nous avons harmonisé est celui des règles de vie  de base et du fonctionnement des devoirs à domicile, de leur contrôle et des sanctions à donner lors des oublis.

Pour le reste, rien d'autre que des concertations, des planifications...

Haut de la page