Educalire: exercices, documents de français, lecture, maths, histoire pour s'entraîner, pour apprendre

    Accueil

 

Vocabulaire: utilité, constats, études

Cliquer sur les ¥  pour télécharger les fichiers

 

Grammaire           Homophones           Conjugaison            Mémento gram.-ortho.           Vocabulaire

Dictée               Textes pour ados         Faits-divers               Jeux - Mots-croisés                 Profils                Rechercher sur ce site

Rechercher sur ce site

Nouveautés

 

Lecture et vieux débutants

Français

Maths

Histoire

Géographie

Quiz...

Musique

Ressources d'autres collègues

Évaluation

Books, textes, toiles

Liens

Une classe - 2 profs !

 

Forum

 

 

 

Me contacter

 

 

 

 

 

 

Haut de la page

 

Utilité, études, constats          Travail systématique           Orthographe/Corrections/Étymologie          Sens / Activités en contexte

Champs lexicaux            Antonymes/Synonymes/Concepts             Expressions / Humour

Haro sur le vocabulaire!

Une application existe pour travailler quotidiennement le vocabulaire en s'amusant... sérieusement !

De 9 à 99 ans ! Y'en a pour tout le monde. Chaque utilisateur peut calibrer les questions selon ses compétences, selon 15 thèmes définis ou selon les catégories de mots. De plus, des indices (nombre de lettres, thème, liste de propositions) à afficher ou pas permettent d'augmenter ou diminuer la difficulté. Synonymuse est à télécharger sur l'appstore d'Apple au plus vite (la version Androïd suivra) ! Version gratuite avec 400 questions. Version payante (4 CHF) avec 24 000 questions !! Plus de détails sur www.synonymuse.net

Utilité, études, constats, nécessité

"Plus on connaît de mots, mieux on lit". J'ajouterais : Plus on connaît de mots, mieux on vit !

Les études montrent qu'en 6e, le lexique d'un enfant est à un sommet; pour beaucoup, c'est ensuite le déclin. Comment l'éviter ? J'ai imaginé toute une panoplie d'exercices qui devraient aider à limiter cette perte et permettre aux élèves de prendre du plaisir à jouer avec les mots, à les rencontrer, à les découvrir, à en connaître le pouvoir, à les apprendre. Comment vivre avec moins de 600 mots !!

Les liens ci-dessus (cellule jaune) vous permettront d'accéder à des activités diverses et variées, parfois récurrentes. Plus de 600 fiches de travail vous sont proposées, avec corrigés, dans différents thèmes.

Travailler le vocabulaire de manière systématique est devenu une horreur pédagogique, surtout depuis la 6e. On le travaille "en contexte", en situation; c'est bien, c'est très bien et il faut continuer à le faire. Toutefois, c'est insuffisant pour un nombre important d'élèves.

Depuis 20 ans, le vocabulaire d'un nombre d'élèves toujours plus grand se dégrade: orthographe délirante, lecture quasi inexistante, volumes des vocabulaires actifs et passifs en diminution, parfois de manière alarmante. Ces alarmes (200 mots de vocabulaire actif, 600 de vocabulaire passif!) qui retentissent depuis plus de 10 ans ne servent à rien. Aucun changement, aucune volonté pédagogique et politique de répondre aux besoins d'une minorité d'élèves en difficulté.

On  demande aux élèves de s'exprimer, d'utiliser les mots plutôt que les poings...

Comment pourraient-ils le faire avec 200 mots seulement ?

Pour ceux que ça intéresse, je propose sur ce site plusieurs centaines de pages d'exercices et de documents permettant de travailler le vocabulaire systématique (liste de 2100 mots) ou au travers d'activités diverses. 5 à 20 minutes par jour, des exercices simples et... compliqués, des petits jeux, un travail de correction, de copie si nécessaire... Ce n'est pas une méthode, une théorie universelle, c'est juste un outil parmi d'autres que vous pouvez utiliser... ou pas. Son but est de faire un travail avec les mots, de les rencontrer, les croiser, les comprendre, les apprendre. Ces listes et exercices ont été créés pour des élèves âgés de 12 à 16 ans; beaucoup peuvent être adaptés pour des plus petits.

Alain Bentolila résume très bien le problème (depuis 2002 au moins!!).

En quoi la pauvreté du vocabulaire favorise-t-elle le ghetto et le communautarisme?

"Il y a une loi simple en linguistique : moins on a de mots à sa disposition, plus on les utilise et plus ils perdent en précision. On a alors tendance à compenser l'imprécision de son vocabulaire par la connivence avec ses interlocuteurs, à ne plus communiquer qu'avec un nombre de gens restreint. La pauvreté linguistique favorise le ghetto; le ghetto conforte la pauvreté linguistique. En ce sens, l'insécurité linguistique engendre une sorte d'autisme social. Quand les gamins de banlieue ne maîtrisent que 800 mots, alors que les autres enfants français en possèdent plus de 2 500, il y a un déséquilibre énorme. Tout est "cool", tout est "grave", tout est "niqué", et plus rien n'a de sens. Ces mots sont des baudruches sémantiques: ils ont gonflé au point de dire tout et son contraire. "C'est grave" peut signifier "c'est merveilleux" comme "c'est épouvantable". [Alain Bentolila - 2002].  La suite sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/education/il-existe-en-france-une-inegalite-linguistique_497804.html

Deux de ses textes (2002 et 2012, format pdf) devraient lever toute réticence et permettre de vous convaincre de l'utilité absolue de ce travail.

Texte 2002            Texte 2012         Les 2 textes

 

Vivre avec 400 mots : un article paru dans "Le Monde" en mars 2006.      Version Word     Version pdf

 

Utilité, études, constats          Travail systématique           Orthographe/Corrections/Étymologie          Sens / Activités en contexte

Champs lexicaux            Antonymes/Synonymes/Concepts             Expressions / Humour