Educalire: exercices, documents de français, lecture, maths, histoire pour s'entraîner, pour apprendre

    Accueil

 

Comment on lit

Cliquer sur les ¥  pour télécharger les fichiers

 

 Comment on lit       Méthodes !

 La mémoire            Bibliographie

 Démarche 1            Démarche 2

 Gammes                      Anticipation       Discrimination

 Recherche du sens       Lecture orale     Faits divers          (N)Profils

 Fréquence des mots     Jeux                  Liens

 Textes pour ados :    a) Nouvelles      b) Lectures suivies

Rechercher sur ce site

Nouveautés

Lecture et vieux débutants

Français

Maths

Histoire

Géographie

Quiz...

Musique

Ressources d'autres collègues

Evaluation

Books, textes, toiles

Liens

Une classe - 2 profs !

 

Forum

 

 

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

 

 

 

Haut de la page

 

 

Rechercher sur ce site

Pour plus de détails, allez lire les textes proposés sur la page "Méthodes"

 

Vous trouverez ci-dessous, une présentation succincte de

ce mécanisme complexe qu'est la lecture.

Les deux voies d’accès à la lecture des mots

Sciences humaines – No 82 – avril 1998

 

Pour lire un mot, notre cerveau dispose de plusieurs stratégies. Il peut utiliser une voie directe, dite aussi voie lexicale. Ou bien, dans certains cas, utiliser un autre itinéraire passant par ce que les psycholinguistes nomment la « médiation phonologique »

 

 1. La voie lexicale : procédure par adressage

Si la représentation visuelle du mot

correspond à une forme déjà existante

dans notre mémoire (lexique mental),

le mot est immédiatement compris.

 

 

 

2. La médiation phonologique :

      procédure par assemblage

Le lecteur décompose le mot en syllabes

ou en lettres pour le déchiffrer. Cette

voie est dite indirecte car elle suppose

le passage par une conversion des

graphèmes (lettres) en phonèmes (sons).

 

 

3. Le « traitement en cascade »

Actuellement, beaucoup d'auteurs adoptent l'hypothèse proposée depuis vingt ans déjà par M. Coltheart d'un « traitement en cascade ». Pour ce chercheur anglo-saxon, les deux procédures sont activées automatiquement et c'est la plus rapide qui est choisie. Autrement dit, quand un mot est fréquent, il est lu directement par la voie lexicale ; lorsque le mot est rare, il existe de fortes chances pour que la médiation phonologique apporte sa contribution à son identification et à sa verbalisation.

Les modèles ci-dessus suscitent de vifs débats chez les spécialistes, certains auteurs soutenant que ce passage par la médiation phonologique est systématique. En outre, les meilleurs lecteurs, par exemple, seraient aussi ceux qui décodent le mieux chaque mot. Alors que ceux qui s'appuient sur le contexte pour l'identifier, font davantage d'erreurs de sens.

Les travaux de la psycholinguiste Séverine Casalis[1] montrent qu'une déficience de la procédure d'assemblage peut être la cause de certaines dyslexies. En effet, la conversion graphophonologique (des lettres en sons) permet la construction du lexique orthographique et donc la possibilité d'utiliser, au fur et à mesure qu'il s'enrichit, la procédure directe de l'adressage. Si la voie phonologique est déficiente, les conséquences seront donc importantes sur l'apprentissage et tes chances de devenir un bon lecteur.


[1] Séverine Casalis, • Mécanismes d'identification de mots dans les dyslexies de l'enfant*,

        Lecture et dyslexies,  collectif. Les pluriels de Psyché, 1997.